Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 20:44

EAGLE -DAWSON

 

Avant le départ, on m’avertit que certains glaciers après American Summit pourraient être infranchissables car ils sont en pente et aboutissent dans un ravin…

Il y a encore un concurrent derrière moi, c’est rassurant mais d’un autre côté, il peut faire demi-tour. Il ne faut pas que je m’y fie. Les autres m’ont pris 24 heures. Les chiens n’auront plus de motivation de course et moi non plus d’ailleurs. Par contre, cela va être un autre défi. Celui de continuer mon voyage en solitaire dans ces immensités.

Je pars dans la bonne direction, mais ne voyant pas de balise, je fais un demi-tour en pleine pente pour retourner au point de contrôle. On me confirme que c’était la bonne direction. D’habitude, quand on sort du point de contrôle, il y a des balises à chaque carrefour. Ici, rien. Bien sûr, c’évident. American summit doit être en haut…

La montée se passe bien. Je réussis à slalomer par-dessus un glacier sans me fracasser en bas du talus. Toute la partie au-dessus de la végétation est pénible car la piste est recouverte d’une fine couche de glace en pente. J’essaie de garder l’équilibre, mais ce n’est pas facile avec le traîneau qui fait plus du double de mon poids. Je franchis le sommet de nuit et cela me paraît un peu sinistre.

J’arrive enfin à un des glaciers qu’on m’a signalé. En effet, la piste disparaît sous une épaisse couche de glace. L’eau à coulé de la montagne et dévale de l’autre côté du chemin en formant une patinoire inclinée à 45 degré et terminant sa course en bas un ravin. Je n’ai pas le choix. Il faut que je me taille des marches à l’aide de ma hache. Les chiens en profitent pour faire une sieste. D’abord, il faut que je reste en équilibre. C’est tellement glissant que je me retrouve souvent sur le derrière. Ce n’est pas long, peut-être 20 m, mais cela me prend pas mal de temps. Je suis toute contente quand j’arrive enfin de l’autre côté avec les chiens sans avoir dû remonter le traîneau en haut un monstre ravin. Ma joie est de courte durée. Je me retrouve vite face au deuxième glacier infranchissable. Il est plus long, mais moins pentu. Je vais voir à pied. Là, je tiens en équilibre. Les chiens passeraient sans problème, mais par contre pas le traîneau chargé. Je vide le traîneau et traverse le glacier. Ensuite, je vais rechercher à pied tout mon chargement en plusieurs voyages pendant que les chiens m’attendent sagement de l’autre côté et pendant que les aurores boréales multicolores dansent au-dessus de ma tête.

Je suis crevée, mais il ne faut pas que je m’arrête déjà là. J’avais planifié de camper au pont de la rivière forty mile. J’en suis encore très loin. La piste suit une route minière très vallonnée. On descend, on remonte. On descend, on remonte. Pendant des heures. C’est assez dur pour les chiens. Finalement, je m’arrête 30 km avant le pont. La pause habituelle de 5 heures.

Juste avant le pont, il y a un bled de 2 maisons, une vraie route verglacée, un pick up qui roule sur la route,  une dame marche sur le bord. Soudainement, 6 gros chiens surgissent du bois et foncent sur mon attelage. La dame tombe en crise d’hystérie. Je ne sais pas si elle a peur pour ses chiens ou les miens… Finalement le gars en pick up intervient et fonce sur les autres chiens pour que je puisse passer…

En passant sur le pont, je vois la piste en-dessous sur la rivière! J’imagine un méchant contour à 180 degrés. J’attache le traîneau au parapet du pont et vais voir à pied. Je m’en félicite. C’est pire que ce que je pensais. En plus du 180 degrés, cela descend raide et il n’y a plus de neige, seulement de la roche! Je détache les chiens au harnais, nous passons sans dommage.

Nous sommes sur la rivière Forty Mile. C’est vraiment spécial et je suis contente qu’il ne fasse pas moins 40! À peine dix minutes que nous avançons que je sens la température descendre de 15 degrés! C’est très humide. Il faut dire que la rivière est encaissée entre des parois de roches.

J’hallucine complètement sur ce trajet. Mais, un moment donné, j’ai vu une chose bien réelle :

Au milieu de rien du tout, dans cette ambiance très sauvage, je vois 2 immenses drapeaux plantés dans la neige autour d’une chaise! La frontière!  En avant à la maison! Nous sommes au Canada!  

La rivière méandre. C’est long. Parfois, j’ai l’impression que nous montons ou descendons. L’immensité m’impressionne!

Enfin nous rejoignons le fleuve et la cabane de Forty Mile. C’est très agréable d’être accueillis par Sébastien qui me réchauffe un ragout d’orignal et me prête un bon matelas. Cela fait du bien. Les chiens mangent bien. Ils se détachent et s’amusent. Preuve qu’ils ont encore de la réserve.

Je connais le trajet et 8 chiens aussi car nous avons fait la course Percy de Wolf qui passe ici et rejoint Dawson. La piste est belle. Les zones habituelles d’overflow  (eau par-dessus la glace) sont gelées. Je suis relaxe et tout se passe bien. Le trajet est de 80 km et même un peu plus quand on fait le détour par le bois comme c’est le cas. Je suis surprise de voir que Pluton a décidé de donner un coup de main à Mr. X car elle n’était pas à la course de la Percy.

Je suis ravie d’arriver à Dawson avec mes 13 chiens en forme.

Le campement pour les chiens préparé par Gilles et la girlteam (Françoise, Sophie et Aurore) est super.  J’arrive le soir. C’est parfait pour un 36 heures d’arrêt obligatoire. Je pourrai dormir 2 vraies nuits. Le musher Jean-Denis Britten qui habite Dawson vient prêter main forte à mon équipe pour prendre soin des chiens. Je le remercie mille fois. Il nous aide à retaper les chiens, il les masse et les nourrit à volonté et il m’encourage. J’ai un bon moral, mais parfois, le fait d’être 24 heures derrière les autres derniers, m’inquiètent. Je me soucie de la montagne de King Salomon et des Blacks Hills. Certains mushers disent que c’est la pire partie de la course. Une fois que je serai à Stepping Stone, je connais à nouveau la piste et Mr. X aussi.

 

 P1010149

 

sur la route d'American summit. On the road to American summit.

P1010155

                                                           Rivière Forty Miles River.

 

P1010158


Forty Mile, Sebastien's cabin

 

P1010159 Le repos. The rest. Forty mile cabin.

 

P1010162.JPG

 

Fleuve Yukon River

 

P1010173                                                            Fleuve Yukon River

 

P1010177.JPG

 

Dawson check point. My team resting.

Mon équipe au repos.

 

EAGLE – DAWSON


Before I start, the trailbraker advise me that I could have some difficulties to cross two sloping   glaciers after American summit. They are growing and they finish in a ravine.

I am relieved to know that another racer is behind me. But, I cannot rely on it because he can scratch. The other racers are 24 hours in front of us. The dogs will lose their racing motivation and me too but it will be another challenge: To travel alone with my team in this vastness land.

When I leave Eagle, I don’t see any marker. I climb up but I am worry to not see any marker. I go back to the check point to ask if it is really the right way. Yes, they said. It is so obvious, American summit road is on the top.

The dogs are climbing well after their rest. We zigzag between sloping glaciers without falling down. Near the top, the vegetation including trees is scarce.  The wind has hard packed the trail with a nasty slope. My sled is heavy. I have to put all my weight on my left runner, otherwise I will fall down for a long descent. I reach the summit pass. It is during the night. The atmosphere is dark and sinister.

A few miles after the top, I reach the glaciers mentioned. I stop my team. First, I am taking a look. My god!  It so sloping, even alone, I am not able to walk and no way where we could go around. So, I take my ax and dig steps as wide as my sled all the way. It’s long but the safest way. I don’t fall down into the ravine... Not far, I arrive at the second glacier. It is wider, but less sloping. I try to cross by foot. It’s ok, I don’t fall down. The problem is my sled. It is too heavy. I empty it, then cross with the dogs and the sled empty, then I carry all my gear the other side and load again the sled. I have to tell that during all this time, some beautiful northern lights are dancing above us.

I am exhausted, but I must not stop here. I planned to go the forty mile bridge but the trail is hard. The snow is soft, a lot of up and down. Finally, I stop 30 km before the bridge. My 5 hours break.

Before the bridge, we arrive on an icy road. I see 2 houses and a truck pass me. A woman is walking along the road. Suddenly, I see 6 big dogs jumping on the road. They run on my team. The woman is yelling hysterically. I don’t know if she is afraid for their dogs or mine. Finally, the guy driving the truck charges at their dogs. It gives me time to go away.

When I am on the bridge, I see the trail on the river. I imagine that the trail is turning down with a very sharp curve. The best is to have a look first. I tie my sled to the parapet. It is worst that I thought. The curve is going down with a 180 degrees angle and there is no more snow. So I unfasten the tuglines. It’s easier.

Now, I am on the forty mile river!  I am happy that it is not cold today because it is about 15 degrees C less than 5 minutes ago and the humidity is very high. The atmosphere is strange. I have a lot of hallucinations, but suddenly, in the middle of nowhere, it is real. I see 2 big flags! It is the Canadian border! Wahouu, my dogs, we are at home!

 The river is meandering. It’s long. Sometimes, I have the feeling that we are going uphill and sometimes that we are going downhill. I am impressed by the vastness.

Finally, we arrive at Forty mile cabin. The dogs are happy. They eat a lot. It is good to be welcomed by Sebastien, the owner. He cooked a moose stew for me and lends me a bed. When I wake up, the dogs are playing...They are not so tired.

Now I know the trail and 8 dogs too, because we run the Percy de wolf last year. Pluton was not in the Percy team but she decides at this time to help Mr. X. She is welcomed because Mr X is working alone in lead since Slaven! The trail is nice. The overlows areas are frozen. It is a 80 km run, may be a little bit more with the detour near Moosehide.

I am very happy to arrive in Dawson with 13 dogs in good shape.

The camp for the dogs made by Gilles and the girlteam (Françoise, Sophie et Aurore) is great. As I arrive in the evening, with the 36 hours layover, I have 2 real nights...

Jean-Denis Britten, a musher living in Dawson, that already finished the Quest comes to help me for caring of the dogs, giving massage and feeding the dogs during my rest. He gives me a lot of good advises for the next stages and encourages me. I have a good moral but sometimes i am worried to be 24 hours behind the other and about King Salomon and the Black Hills. Some mushers said that it is the more difficult part of the race. Thank you very much, Jean-Denis!

When I will be in Stepping Stone, I will know the trail again and Mr. X too.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marcelle-fressineau
commenter cet article

commentaires