Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 12:32
DYEA, Le Chien de la semaine - The dog of the week

DYEA, femelle, née en mai 2010. C’est la sœur de Douce et Devil. Les parents sont Bijou et Kiwi.

Elle est très douce et très timide. Cela lui prend un certain temps pour se sentir en confiance avec les nouvelles personnes. Elle est plus à l’aise avec ses maîtres et ses congénères.

Son endroit préféré, c’est le chenil. Elle n’aime pas trop s’en éloigner.

Elle participe à nos randonnées lorsqu’il n’y a pas trop de monde.  

Lors de mon retour de l’Iditarod en 2014, je trouve qu’elle grossit. On me confirme qu’aucun ‘’incident’’ ne s’est passé durant mon absence. Elle ne peut pas être portante.

Quand même, quelques temps plus tard, les mamelles grossissent.

Je rappelle Julien, le guide. Il dit l’avoir prise lors d’une randonnée de plusieurs jours lorsqu’elle était en chaleur. Elle était attachée à côté de Jack. J’ai compris. Dyea et Jack vont être parent de beaux bébés : Falcon, Filou, Flika, Flipper, Freedom et Frisbee. Une magnifique portée, Merci Dyea & Jack.

 

DYEA, Le Chien de la semaine - The dog of the week

DYEA, female, born May 2010. She is the sister of Douce and Devil. The parents are Bijou and Kiwi.

She is a sweet heart and she is very shy. It takes a while for her to feel confident around new people. She is more comfortable with her owners and her peers.

Her favorite place is the kennel. She doesn’t like to walk away from it.

She participates in our tours when it is not crowded.

When I returned from Iditarod in 2014, I found her getting bigger. I am told that no "incidents" have happened during my absence. She cannot be pregnant.

However, some time later, the udders get bigger.

I call Julien, the guide. He says he took her on a multi-day hike when she was in heat. She was tied up next to Jack. Understood. Dyea and Jack are going to be parents of beautiful babies: Falcon, Filou, Flika, Flipper, Freedom and Frisbee. A wonderful litter, Thank you Dyea & Jack.

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 20:52
FEIST, Le Chien de la Semaine - Dog of the Week

FEIST, femelle née en 2010.

Maren me l’a donnée en 2013. J’avais déjà Olive, sa sœur.

Elle s’est bien intégrée dans mon équipe de course.  C’est une chienne d’équipe, mais, elle était capable de remplacer un chien de tête. En 2014, elle a fini l’Iditarod. Lors des entraînements, elle était souvent la coéquipière du chien de tête.

Elle est très sensible avec les humains. Il faut lui parler doucement et n’avoir aucun geste brusque. Cela ne l’empêche pas d’avoir du caractère avec les autres chiens. Elle n’aime pas les autres femelles, spécialement les dominantes.

En 2015, l’équipe de course était un peu trop rapide pour elle. Elle a néanmoins suivi tous les entraînements. Lors de la course, j’ai fait les 200 premiers kilomètres beaucoup trop rapidement, mais avec 16 chiens, même tout mon poids sur mon tapis de ralentissement, ça va vite. Je l’ai déposée à Nenana, le premier point de contrôle aux bons soins de Jade, mon handler.

Elle participe toujours à nos randonnées.

Depuis quelques années, elle a des ‘’visions’’ qui nous intriguent et intriguent aussi les autres chiens. Elle se met à japper contre une créature invisible, parfois joyeusement, parfois inquiète!

Feist & Morrison

Feist & Morrison

FEIST, female born in 2010.

Maren gave it to me in 2013. I already had Olive, her sister.

She has integrated well into my racing team. She is a team dog, but she was able to replace a lead dog. In 2014, she finished Iditarod. During training, she was often the lead dog's teammate.

She is very sensitive with humans. You should speak to her softly and not make any sudden gestures. This does not prevent her from having character with other dogs. She does not like other females, especially dominant ones.

In 2015, the racing team was a little too fast for her. She nevertheless followed all the training. In the race, I did the first 200 kilometers way too fast, but with 16 dogs, even all my weight on my slowing mat, it goes fast. I let her at Nenana, the first checkpoint in the care of Jade, my handler.

She still participates in our tours.

From the past few years, she has "visions" that intrigue us and other dogs as well. She starts yapping at an invisible creature, sometimes happily, sometimes worried!

Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 20:48
OTTER, le chien de la semaine - The Dog of The Week

OTTER, mâle, né en 2009. Il est avec nous depuis 2012.  Il vient de chez Maren Bradley. Elle me l’a donné car il n’aimait pas les longues sorties mais il pouvait convenir pour faire les tours avec nos hôtes.

Il est effectivement la vedette des touristes. Il est grand, tout blanc, avec une épaisse fourrure, les yeux bleus. Il est sympathique et amical. C’est d’ailleurs le seul chien du groupe B (Non-compétiteur) qui a réussi à se faire parrainer.

Il a une irritation chronique sur la truffe qui demande des soins quotidiens. (Médicaments).

Il est maintenant à la retraite, mais il n'aime pas venir à l'intérieur, probablement qu'il a trop chaud à cause de son épaisse fourrure.

Il a participé à de nombreuses randonnées et même des expéditions de plusieurs jours les premières années, mais il préférait les courtes sorties, pas trop rapides.

 

OTTER, male, born in 2009. He has been with us since 2012. He comes from Maren Bradley. She gave him to me because he didn't like long rides but it might be suitable for doing the tours with our guests.

He is indeed the star of our tourists. He is tall, all white, with thick fur, blue eyes. He is nice and friendly. He is also the only dog from group B (Non-competitor) who managed to get sponsored.

 

He has a chronic irritation on the nose which requires daily care. (Medicines).

He is now retired but he does not like to stay inside. It is probably too warm with his thick fur.

He took part in many hikes and even multi-day expeditions in the early years, but preferred short, not too fast rides.

OTTER, le chien de la semaine - The Dog of The Week
Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 15:18
Le chien de la semaine - The Dog of The Week - ECHO

ECHO, femelle, née en 2012 de la portée ‘’E’’. Doumia la mère était la chienne à Julien, notre guide. Elle venait de Finlande. Ce n’était pas une portée prévue. Un jour, Julien me demande s’il peut prendre Mr. X (que je ne prêtais jamais) comme chien de tête parce que Doumia est en chaleur. Dans ma tête, il voulait prendre Mr. X à la place de Doumia. Ce n’est pas drôle, une chienne de tête en chaleur, elle n’écoute rien. Dans la tête de Julien, Mr. X était castré et il voulait le prendre à la place de Willow, le partenaire habituel de Doumia, mais Mr. X n’était pas castré. Doumia était très peureuse, même sauvage. Ce n’est pas l’idéal pour élever des chiots. Ils risquent d’être peureux. C’est pourquoi, je ne l’aurais pas choisie, par contre le père, MR. X, était mon premier choix. Bref, 9 semaines plus tard, 7 boules blanches sont apparues, 5 filles et 2 garçons. Deux filles ont été adoptées par Françoise et Josée, mes voisines. Les autres sont restés ici.

Echo est la dominante de la portée, mais elle est très peureuse avec les inconnus.

À l’attelage, cela n’a pas pris de temps pour qu’elle suive les traces de son père. Avec lui, elle est devenue rapidement un de mes principal chien de tête. À 3 ans, elle a complété l’Iditarod. À 5 ans, elle était mon chien de tête pour la Yukon Quest 300. À 6 ans, lors de l’Iditarod 2018, c’est elle qui a ouvert la piste jour et nuit, tempête après tempête, pendant 500 km sur le fleuve Yukon. À Shaktoolik, à 2 ou 3 jours de l’arrivée à Nome (350 km), elle était fatiguée. Aucun de ses coéquipiers n’a été capable de la remplacer. C’est pourquoi, j’ai abandonné. En 2019, elle a aussi participé à l’Iditarod. En 2020, elle était le chien de tête principal des tours.

Quand je recommence l’entraînement en août, tout est normal mais le 27 août, je vais la chercher pour l’atteler. Je trouve qu’elle me regarde bizarrement. Elle a l’air très inquiète. Lors de l’entraînement, je constate qu’elle trébuche sur les racines. D’abord, je pense que c’est parce que le rythme est un peu rapide avec les jeunes. Au retour, elle rentre dans la clôture. C’est là que je réalise qu’elle ne voit plus rien. Je panique autant qu’elle. La visite à la clinique vétérinaire confirme qu’elle est complétement et définitivement aveugle. C’est le syndrome de la ‘’rétine silencieuse’’. C’est vraiment terrible. C’est arrivé progressivement aux autres chiens aveugles et ils voient encore des ombres. Elle, elle ne voit rien du tout, du jour au lendemain!

Elle ne pourra plus jamais être en tête, mais je ne désespère pas de l’atteler de nouveau.

Les débuts de son nouveau monde nocturne ont été difficile. Nous lui avons construit un enclos pour elle seule, proche de ma chambre. Petit à petit, elle reprend confiance lors des promenades en laisse. Je réalise qu’avec un coéquipier, cela va beaucoup mieux.

Au fil de l’hiver, elle réussit à réintégrer une équipe de 4 chiens, puis 6 chiens et même 8 chiens. Je dois bien ralentir dans les descentes, autrement, je la rappelle quand elle va trop à gauche ou trop à droite. Elle a vite compris. Elle reste assez proche de son partenaire spécialement lorsque nous traversons des passages étroits et sinueux.

Elle a appris à développer ses autres sens. Par exemple, elle est toujours aux aguets quand le chat sort de la maison. C’est un miauleur, alors elle l’entend et elle le sent lorsqu’il s’approche de son enclos!

ECHO  prête à partir - Ready to start - Yukon Quest 300 - 2015

ECHO prête à partir - Ready to start - Yukon Quest 300 - 2015

ECHO, female, born in 2012 from the litter "E". Doumia the mother was Julien’s dog.  Julien, was guiding for us. Doumia was from Finland. It was not a planned litter. One day Julien asks me if he can take Mr. X (whom I never loaned) as his lead dog because Doumia is in heat. I thought, he wanted to take Mr. X instead of Doumia. It's not funny, a leader in heat, she doesn't listen to anything. In Julien's mind, Mr. X was neutered and he wanted to take him in place of Willow, Doumia's usual partner, but Mr. X was not neutered. Doumia was very shy, even savage. It’s not ideal for raising puppies. They may be shy. That’s why, I wouldn’t have chosen her, but the father, MR. X, was my first choice. In short, 9 weeks later, 7 white balls appeared, 5 girls and 2 boys. Two girls were adopted by Françoise and Josée, my neighbors. The others are still in our kennel.

Echo is the dominant of the litter, but she is very shy around strangers.

As a sled dog, it didn't take long for her to follow in her father's footsteps. With him, she quickly became one of my main lead dogs. At 3, she completed the Iditarod. At 5, she was my lead dog for the Yukon Quest 300. At 6, during the Iditarod 2018, she opened the trail day and night, storm after storm, for 500 km(300 miles) on the Yukon river. In Shaktoolik, 2-3 days before arriving in Nome (350 km/220 miles), she was tired. No one was able to replace her. That’s why, I gave up. In 2019, she also participated in the Iditarod. In 2020, she was the main lead dog of the tours.

When I start training again in August, everything is normal, but on August 27, when I am looking for her to put her harness, she looks at me strangely. She looks very worried. In training, I see her stumbling on the roots. First of all, I think it's because the pace is a bit fast with the youngsters. On her return, she goes into the fence. That's when I realize she can't see anything. I panic as much as she does. The visit to the veterinary clinic confirms that she is completely and permanently blind. This is the ‘’Sudden acquired retinal degeneration syndrome’’. It’s really terrible. This has happened gradually to other blind dogs and they still see shadows. She, she sees nothing at all, suddenly!

She will never be able to be in the lead again, but I do not despair of training her again with a small team and not as a leader.

The beginnings of his new nocturnal world were difficult. We built her a pen for her alone, not far from my bedroom. Little by little, she regains confidence during walks on a leash. I realize that with a teammate, things are much better.

Over the winter, she managed to join a team of 4 dogs, then 6 dogs and even 8 dogs. I have to slow down a lot on the downhills, otherwise I call her back when she goes too far to the left or too far to the right. She quickly understood. She stays quite close to her partner especially when we go through narrow and winding passages.

She has learned to develop her other senses. For example, she is always on the lookout when the cat leaves the house. He's a mewer, so she hears and smells him as he approaches her pen!

 

Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 12:11
Blanche & Émeraude

Blanche & Émeraude

Quand j’ai vu naître cette petite puce blanche après 6 autres gros bébés, j’ai eu des doutes pour sa survie. Elle pesait la moitié des autres chiots. Comme c’était la plus rapide pour la tétine, cela m’a rassuré. À 13 ans, elle n’a d’ailleurs pas changé. Elle est toujours aussi vorace et à l’affût de tout ce qui pourrait satisfaire son insatiable appétit. 

Elle est née en 2008, la portée des ‘’B’’ avec Baïkal, Bandit, Beaver, Belle et Bijou. La mère, Peyote, venait de chez Aliy Zirkle. Je l’ai achetée portante à Jean-Paul Geoffrion. Il voulait faire l’Iditarod et avait finalement changer ses plans. J’ai donc été chanceuse d’avoir l’opportunité de prendre Peyote et d’élever cette portée.

Blanche est restée sourde, mais cela n’a eu aucun effet sur sa vie de chien de traîneau, tellement elle était vive et alerte. Elle a eu un autre problème de santé. Lors de ses premières mues, elle perdait tous ses poils. De blanche, elle devenait rose. Nous lui avons donné des suppléments pour le pelage. Cela a beaucoup aidé.  Nous lui avons procuré une niche avec une épaisse isolation.

Une de ses spécialités, c’est de faire le pickpocket. Avec sa minuscule tête, elle s’enfile dans n’importe quelle poche et y ramasse tout ce qu’elle trouve.

Maintenant qu’elle est notre chien de compagnie, sa surdité est un handicap. Quand elle est en liberté, elle n’entend pas quand on l’appelle et elle n’entend pas lorsqu’un prédateur ou un véhicule s’approche.

Elle a fait d’innombrables sorties en traîneau avec nos hôtes.  Elle était chienne de tête, mais jamais toute seule, à cause de sa surdité. Son partenaire préféré était Willow, le plus grand chien du chenil! Je n’ai pas voulu la prendre aux courses à cause de la température qui peut descendre très bas. Lors des sorties en traîneau, elle aimait prendre sa pause confortablement installée dans le traîneau.

Pendant que les autres s'énervent, je me repose.  The teams are excited, but me, I rest.

 

When I saw the birth of this so tiny puppy after 6 other big babies, I had doubts about her survival. She weighed half the other puppies. As it was the fastest on the nipple, that reassured me. At 13, she hasn't changed. She is still greedy and always on the lookout for anything that might satisfy her insatiable appetite.

She was born in 2008, the  ’B’ ’litter with Baikal, Bandit, Beaver, Belle and Bijou. The mother, Peyote, was from Aliy Zirkle's. I bought her pregnant from Jean-Paul Geoffrion. He wanted to do the Iditarod and eventually had to change his plans. So, I was lucky to have the opportunity to take Peyote and raise this litter.

Blanche remained deaf, but it had no effect on her life as a sled dog, she was so lively and alert. She had another health problem. During her first shedding, she lost all her hair. From white, she became pink. We gave him coat supplements. It has helped a lot. We gave it a doghouse with thick insulation.

One of his specialties is pickpocketing. With her tiny head, she slips into any pocket and picks up whatever she finds.

Now that she is our pet dog, her deafness is a handicap. When she is outside, she does not hear when we call her back and she does not hear when a predator or a vehicle is approaching.

She has done countless dog sledding rides with our guests. She was a leader, but never alone, because of her deafness. Her favorite partner was Willow, the tallest dog in the kennel! I didn't want to take her to the races because the temperature can get very low. On our dog sledding tours, she liked to take her break comfortably seated in the sled.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2021 5 02 /04 /avril /2021 10:29
Le chien de la semaine - The Dog of The Week - ARKELL

Né en 2008, portée A, car c’est la première portée depuis notre arrivée au Yukon. Sa mère est Pluton. Ils sont nés pendant la Yukon Quest. Jean-Paul, le propriétaire était en train de faire la course. Il faisait très froid. Quand ils naissent, ils sont humides. En hiver, ils meurent tout de suite d'hypothermie. Pluton, une mère extraordinaire a réussi à les sauver. Quand Jean-Paul est revenu quelques jours plus tard, il m'a donné la portée. Arkell devait être le dernier car il était le seul intact. Adak avait une patte bizarre. Atlin et Apache ont perdu leur queue et la petite femelle est morte quelques semaines plus tard du parvovirus.

 

Arkell a fini la Yukon Quest en 2012. Il a participé à beaucoup de nos sorties et expéditions. Je le surveillais car il avait tendance à grignoter les cordes quand il était surexcité, comme avant le départ.

 

Il a son petit caractère, exclusif et il aime râler, surtout s'il voit qu'un autre chien a plus

d'attention que lui. Il a une loyauté pour ses maîtres sans égal.

 

Comme il n'a pas un sous-poil épais, il a eu droit à une place dans la maison. Il est maintenant notre chien de compagnie.

Le chien de la semaine - The Dog of The Week - ARKELL

Born in 2008, litter A, as it is the first litter since we arrived in the Yukon. His mother is Pluton. They were born during the Yukon Quest. Jean-Paul, the owner was racing. It was very cold. When they are born, they are wet. In winter, they die immediately from hypothermia. Pluton, an extraordinary mother managed to save them. When Jean-Paul returned a few days later, he gave me the litter. Arkell had to be the last because he was the only one intact. Adak had a weird leg. Atlin and Apache lost their tails, and the little female died a few weeks later from parvovirus.

 

Arkell finished the Yukon Quest in 2012. He has been on a lot of our tours and expeditions. I watched him because he tended to nibble on the ropes when he was over-excited, like before the start.

 

He has his exclusive character and he likes to complain, especially if he sees that another dog has more attention than him. He has an unparalleled loyalty to his masters.

 

Since he does not have a thick undercoat, he was entitled to a place in the house. He is now our pet dog.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 13:32
Le chien de la semaine - The Dog of The Week - LOLA
YukonQuest finish - Lola, première à gauche - First, left.

YukonQuest finish - Lola, première à gauche - First, left.

LOLA. Née en 2009. Elle était la chienne de compagnie de mon amie Béatrice. Je l’ai gardée pendant la maladie de Béatrice. Lola a même eu le droit de visiter Béatrice à l’hôpital lors de ses derniers jours. Béatrice m’a demandé d’entraîner Lola et de la prendre dans mon équipe pour la Yukon Quest. Elle a participé aux 4000 km d’entraînement et elle a fini la course. Elle est maintenant à la retraite après avoir parcouru des dizaines de milliers de kilomètres. C’est une chienne extraordinaire, comme tous les autres.

Un moment particulier : Lors de la Yukon Quest en 2012, c’est elle qui a pris la tête de l’attelage sur Birch Creek, la rivière aux mauvais esprits entre Central et Circle. En fait, Mr. X, mon leader principal, a peur des loups. Dans notre chenil, Il a été témoin de l’attaque par un loup sur Rock, son voisin. Résultat, il se couche et il ne veut plus avancer dès qu’il sent leur odeur. Il venait de sentir la meute de Birch Creek.

 

LOLA. Born in 2009. She was the pet dog of my friend Béatrice. I foster her during Beatrice's illness. Lola was even allowed to visit Beatrice in the hospital in her last days. Beatrice asked me to train Lola and take her with my team for the Yukon Quest. She took part in the 4000 km of training and finished the race. She is now retired after having traveled tens of thousands of kilometers. She is an amazing dog.

A special moment: In the 2012 Yukon Quest, she was the leader of my team on Birch Creek, the river of bad spirits between Central and Circle. In fact, Mr. X, my main leader, is afraid of wolves. In our kennel, He witnessed the attack by a wolf on Rock, his neighbor. As a result, he does not want to move forward as soon as he smells them. He had just smelled the Birch Creek pack.

 

Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 16:37
Crédit photo : YUCAN PRODUCTIONS

Crédit photo : YUCAN PRODUCTIONS

Crédit photo : YUCAN PRODUCTIONS - Falcon & Flipper,  mes super chiens de barre - my great wheel dogs.

Crédit photo : YUCAN PRODUCTIONS - Falcon & Flipper, mes super chiens de barre - my great wheel dogs.

English follows.

Voilà un petit résumé.

Nous partons le vendredi matin, les chiens, Florian et moi pour se rendre à Dawson, cela prend 7 heures.

À la réunion des mushers, le responsable de la piste nous terrorise avec tous les dangers et les conditions difficiles : La terrible montée au départ, Les dévers et congères au-dessus de la limite des arbres, la température élevée, mauvaise pour les chiens, le point de contrôle style covid, soit isolation et aucune possibilité de sécher nos affaires, et le pire, tout le retour en slalom sur les fatras de glace.

Je n'ai pas bien dormi et le matin, je me demandais si j'allais être capable de faire la course. Je cherchais des excuses. Genou : bien. Dos : bien. Chiens : en forme. Traîneau en bon état. Alors j'y vais.

 

La piste : 60 km de montée au départ. Quelques km de gonfles une fois au- dessus de la végétation, 30 km de descente, 10 km sur une rivière, le point de contrôle avec les règles covid. (Interdit de rentrer dans un bâtiment, donc impossible de faire sécher nos affaires). Un arrêt de 6 heures obligatoire. Le retour sur le fleuve Yukon. Et c'est là que ça se corse. C'est plus de 80 km de fatras de gros blocs de glace. La piste slalome là à travers et c'est tuasse. Cela demande une concentration totale.  La moindre erreur de conduite peut m'envoyer à l'hôpital. Les chutes peuvent être douloureuses. Lors de mes courses précédentes, sur les sections de fatras de glace, j’ai vu un traîneau démoli, des patins cassés, des semelles de patin arrachées, j’ai moi-même perdu et récupéré mon traîneau et fait quelques gamelles.

 

Je pars en deuxième, avec le dossard no 3. Le premier étant réservé à la mémoire de Percy de Wolfe, le musher qui faisait le trajet Dawson - Eagle 2 fois par semaine pour transporter le courrier et les vivres de 1910 à 1949.

Je décide de monter tranquillement pour éviter d'arriver trempe au point de contrôle où il sera impossible de se sécher.

La montée se passe bien. Le paysage de la route ‘’Top of the World’’ est magnifique. C’est la première fois que je passe là en hiver et nous sommes gratifiés par d’excellentes conditions météo. Le dévers n’est pas facile avec un traîneau chargé. Heureusement, ce n’est pas trop long. Je crains toujours de devoir récupérer mon traîneau en bas de la pente, mais cela se passe bien. Les chiens ont bien travaillé dans la montée.

 

Il commence à faire plus chaud quand nous sommes déjà en train de descendre.

Je freine tout le long de la descente pour éviter les douleurs aux épaules.

Les chiens arrivent au point de contrôle de Forty Mile en forme. J’ai fait attention de les ménager car il n’y a pas de possibilité de déposer un chien. Si l’un d’entre eux ne va pas bien, il faut le prendre dans le traîneau. Pour le chien, cela peut être un vrai calvaire de se faire secouer d’un côté et de l’autre sur les fatras de glace.

Nous sommes 10 concurrents. Kayla a abandonné à cause d’un chien blessé. Elle a fait demi-tour pour Dawson. Sage décision pour le chien. 6 équipes sont déjà là. 2 autres équipes arrivent juste derrière moi. La dernière est un peu plus lente. Nous avons 6 heures d’arrêt obligatoire. Paul, Jess et moi sommes à une minute d’intervalle. Je décide de rester un peu plus longtemps. Je n’ai pas envie que les chiens tirent comme des sauvages stimulés par une équipe devant eux. Je préfère négocier tranquillement cette partie plus difficile.

Après le soin des chiens, nous finissons notre 6 heures d'attente autour du feu de camp. Ambiance rétro des premières courses longue distance.

Il fait - 25 °C. Je repars peu de temps avant minuit, donc avant- dernière pour être tranquille. Les chiens adorent la "jumbled ice". Ils foncent!  Pour moi, c'est sportif! Pas une seconde d'inattention! Falcon et Flipper qui sont à l'arrière m'aide énormément en se déplaçant à gauche ou à droite. Cela aide à virer le traîneau. 

Nous sommes gratifiés par de magnifiques aurores boréales.

Quelques kilomètres avant l'arrivée, nous sommes contents d'apercevoir les lumières de Dawson.

Les chiens arrivent en pleine forme!

 

Merci Hobbit, Razor, Gamine, Hug, Huslia, Bison, Isis, Falcon & Flipper.

Merci à mes sponsors et aux parrains, marraines de mes chiens.

Merci à Florian, Marion et Gilles.

Merci aux membres de l’organisation et aux bénévoles.

Un merci spécial aux ouvreurs de la piste. Vu les conditions posées par Mère Nature sur le fleuve, leur travail était gigantesque.

 

 

Here is a small summary.

We leave on Friday morning, the dogs, Florian and I for Dawson, it takes 7 hours.

At the mushers' meeting, the person in charge  terrorizes us with all the dangers and difficult conditions: the terrible climb at the start, the slopes and snowdrifts above the tree line, the high temperature, bad for the dogs, the covid-style checkpoint, ie insulation and no possibility of drying our things, and worst of all, all the slalom return on the jumbled ice.

I didn't sleep well and in the morning I wondered if I was going to be able to race. I was looking for excuses. Knee: good. Back: good. Dogs: in good shape. Sled in good condition. So here I go.

The trail: 60 km uphill at the start. A few km of sloping drift snow once above the vegetation, 30 km of descent, 10 km on a river, the checkpoint with the covid rules. (Forbidden to enter a building, so impossible to dry our things). A mandatory 6 hour stop. Return to the Yukon River. And that's where it gets tough. It is more than 80 km of jumble of large blocks of ice. The track slaloms through there and it's deadly. It requires total concentration. The slightest misconduct can send me to the hospital. Falls can be painful. In my previous races, on the sections of jumbled ice, I saw a demolished sled, broken runners, ripped plastic, I myself lost and retrieved my sled and made a few falls.

I go in second, with bib number 3. The first being reserved in memory of Percy de Wolfe, the musher who made the Dawson - Eagle trip twice a week to transport mail and food from 1910 to 1949.

I decide to go up quietly to avoid getting soaked at the checkpoint where it will be impossible to dry off.

The climb is going well. The scenery of the ‘Top of the World’ route is magnificent. This is my first time there in winter and we are blessed with excellent weather conditions. The sloping part is not easy with a loaded sled. Fortunately, it is not too long. I'm still worried about having to retrieve my sled from the bottom of the slope, but it's going well. The dogs did a good job on the climb.

It starts to get hotter when we're already going downhill. I brake all the way down to avoid shoulder pain.

The dogs arrive at the Forty Mile checkpoint in good shape. I was careful to spare them because there is no possibility to drop a dog. If one of them is not well, he should be taken in the sled. For the dog, it can be really uncomfortable to be shaken to one side and the other in the jumble of ice.

We are 10 competitors. Kayla gave up because of an injured dog. She turned around for Dawson. A wise decision for the dog. 6 teams are already there. 2 other teams arrive just behind me. The last one is a little slower. We have a 6 hour mandatory break. Paul, Jess and I are a minute apart. I decide to stay a little longer. I don't want dogs to speed up like savages when they see a team in front of them. I prefer to negotiate this more difficult part quietly.

After taking care of the dogs, we finish our 6 hour rest around the campfire. Retro atmosphere of the first long distance races.

It is - 25 ° C. I leave shortly before midnight, therefore penultimate to be quiet. Dogs love "jumbled ice". They go for it! For me, it's sporty! Not a second of inattention! Falcon and Flipper who are in the back help me a lot by moving left or right. It helps to turn the sled.

We are blessed with magnificent northern lights.

A few kilometers before the finish, we are happy to see the lights of Dawson.

The dogs arrive in great shape!

 

Thank you Hobbit, Razor, Gamine, Hug, Huslia, Bison, Isis, Falcon & Flipper.

Thank you to my sponsors and the sponsors of my dogs.

Thanks to Florian, Marion and Gilles.

Thank you to the members of the organization and to the volunteers.

Special thanks to the trackers. Considering the conditions set by Mother Nature on the river, their work was gigantic.

Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau
4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 16:34
Dernier entraînement - Last training - March 4, 2021

Dernier entraînement - Last training - March 4, 2021

La course Percy de Wolfe se déroulera du 6 au 7 mars 2021 à Dawson. 180 km dans des conditions difficiles. Cela sera tout un défi. Le départ aura lieu le 6 mars à 10h00, Yukon time.

Nous aurons une balise spot. Il sera possible de suivre les concurrents via leur site internet : www.thepercy.com

Les numéros de dossard seront tirés au sort lors de la réunion des mushers, le 5 mars à 18h00.

Le nombre de chiens est limité à 9 maximum :

Mes chiens : Razor, Hobbit, Gamine, Hug, Huslia, Falcon, Flipper, Isis, Bison

 

The Percy de Wolfe race will take place March 6-7, 2021 in Dawson City. 180 km in difficult conditions. It will be quite a challenge. The start will be on March 6 at 10:00 a.m., Yukon time.

We will have a spot beacon. It will be possible to follow the competitors via their website: www.thepercy.com

The bib numbers will be drawn at the mushers meeting on March 5 at 6:00 p.m.

The number of dogs is limited to 9 maximum:

My dogs: Razor, Hobbit, Gamine, Hug, Huslia, Falcon, Flipper, Isis, Bison

Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 06:16
Photo Andrew Serack

Photo Andrew Serack

Pelly – Mc Cabe – 55 km. English version follows.

En route pour Pelly- Crossing avec Florian, mon handler et les 12 chiens.

En arrivant à Pelly, la température est de – 25 C°. C’est parfait. Je suis inquiète pour le départ qui a lieu dans la rue complétement déneigée. Il sera impossible de ralentir ou d’arrêter l’attelage. Il y a aussi beaucoup de petites routes adjacentes. Florian va aux informations. Il paraît que c’est très facile. La piste va tout droit et les routes adjacentes seront bloquées.

Le départ est à 13h. J’ai le dossard no 4. Je n’ai pas le temps de voir partir le 2 et le 3 car Isaac a coupé la corde qui retient mon traîneau. Il était trop impatient! Et surtout, il était attaché trop près de la corde. Nous réussissons à retenir le traîneau jusqu’à mon départ officiel et Vroouum, c’est le départ. Mon attelage vire à droite sans que je puisse ralentir pour les remettre dans la bonne direction. J’essaie. Je me fais éjecter du traîneau. J’essaie de le retenir mais quand j’arrive dans un paquet d’obstacles, je n’ai pas le choix que de le lâcher, si je ne veux pas me fracasser la tête là-dedans. Et c’est la panique! Je vois mon attelage filer sur la grande route. Ils prennent même le pont de la rivière Pelly. Didier Moggia, qui fait partie de l’organisation de la course part après mon équipe avec la motoneige. Une dame du village m’embarque dans sa voiture. Je ne rejoins pas Didier, qui a réussi à faire virer mon attelage dans la route de la ferme. Pendant que nous cherchons Didier, il réussit à ramener à bon port mon attelage avec l’aide d’un policier. Je suis sous le choc. Je suis certaine que des chiens seront blessés et surtout, je viens de perdre totalement la confiance en moi. Tout le monde de l’organisation me rassure. Les 2 vétérinaires ont inspecté les chiens, aucun n’est blessé. On m’encourage à partir. Sébastien Schnuelle et Didier m’escortent en motoneige jusqu’à la sortie du village. Une fois dans la forêt, je me calme et je suis contente d’être là. Je suis surprise en bien des conditions de la piste, même sur les lacs, la piste est bonne. Il fait beau. Les overflows sont gelés.  C’est la patinoire sous le pont du ruisseau Mc Cabe avant la ferme, mais les chiens rejoignent la piste enneigée sans problème. Nous arrivons à Mc Cabe en 3 heures. Je fais 2 heures d’arrêt. Les chiens sont en forme.

Mc Cabe – Carmacks :- 63 km

Cela a radoucit. C’est agréable. Peu après le départ de la ferme après le gros saut d’un banc de neige, mon traîneau atterrit sur une plaque de glace, il y a un virage. Mon traîneau hyper chargé s’envole dans un buisson. Je tombe, je ne lâche pas et je réussis à retrouver mon équilibre. Ensuite, nous avons une courte distance de fatras de glace (jumbled ice) avant d’embarquer dans la forêt. À 3 reprises, nous retournons sur le fleuve. À chaque fois, l’atterrissage est sportif car il y a un virage serré après la descente raide. Il commence à faire sombre et je réalise que j’ai perdu ma lampe frontale. Cela doit être lors de ma chute. Heureusement, j’ai une deuxième lampe. Les chiens vont bien. Ils sont toujours motivés dans cette partie, probablement à cause des odeurs d’orignal. Arrivée sur la route 20 km avant Carmacks, je rejoins Jakob avec son équipe de huskies sibériens. Je décide de rester derrière. J’ai Gamine en tête et elle est très timide. Je n’ai pas envie d’avoir une emmêlée ici, sur cette route déneigée. Je le dépasse à l’entrée de Carmacks lorsque ses chiens prennent une fausse direction. Je n’aime pas trop la traversée des villages car j’ai de la peine à ralentir l’attelage sur les routes déneigées. Mais tout va bien, Gamine et Razor négocient bien les intersections. Nous arrivons à Carmacks en environ 5 heures. Les chiens vont bien. Je fais un arrêt de 6 heures. À cause du covid, nous ne pouvons rentrer dans aucune bâtisse. Florian a monté la tente. Je peux aller me reposer. (Façon de parler, j’ai oublié mes bouchons pour les oreilles… ) Quand les autres attelages se préparent à partir, c’est la cacophonie habituelle.

 

Carmacks – Mandana : 30 km .  Cela va assez vite. La piste est beaucoup mieux que ce que je pensais. Nous partons sur le fleuve, avec quelques passages en forêt. Il y a plus de neige que vers Mc Cabe, les virages serrés se négocient mieux. Mes deux jeunes chiens, Isis et Isaac à l’arrière sont excellents. Ils m’aident beaucoup lors des montées raides. Avant Mandana, nous traversons la forêt brûlée.

En fait, l’arrêt à Mandana est à 30 km de Carmacks. Il est géré par une famille, les propriétaires des lieux. Ils sont très sympathiques, ils nous offrent du chile et ils nous aident à repartir. Je fais un arrêt de 3 heures.  Je répare les cordes continuellement. Les chiens ont recommencé à les couper. Ils ne l’ont pas fait de tout l’entraînement. Ça m’énerve. La prochaine course, les cordes seront en câble. C’est un peu moins souple, mais c’est mieux que d’avoir tout le temps des réparations à faire.

Mandana – Braeburn : 100 km.  Je pars vers midi et il commence à faire chaud. La piste est un peu plus molle. Les chiens avancent moins vite. Mandana est un grand lac. Il est suivi par une chaîne de petits lacs pendant 50 km jusqu’à Frank Lake. Là, je me rends compte que Gin Gin a des problèmes. Elle a de la peine à suivre. Je l’embarque dans le traÎneau. Elle chante tout le long. En écho, Les collines bizarres de Coghlan Lake lui répondent. Il y a quelques années, je guidais des tours en traîneau entre Braeburn et Mandana lake. Je réalise que c’est probablement la dernière fois que je passerai là en traîneau. À la fin du lac, il y a une montée assez raide. Je m’attendais à devoir pousser fort surtout avec un chien dans le traîneau mais grâce à Isaac et Isis, je n’ai aucune peine. Je refais un petit arrêt et j’en profite pour changer les bottines qui sont pleines de glace. Hug n’arrête pas de les enlever. Je dois souvent m’arrêter pour les lui remettre. Pour la prochaine course, je fermerai ses bottines avec du ruban de bâton de hockey, parce que le velcro, il a compris!  Quand j’arrive sur le lac 10 miles, il commence à neiger. Gin Gin veut retourner vers ses coéquipiers. Elle n’a pas de problème jusqu’à Braeburn, mais quand je repars du lac, je m’aperçois que Falcon et Flipper ont changé de démarche. Je vais les faire vérifier par les vétérinaires à Braeburn. Dans la dernière descente avec le point de contrôle, c’est Hermione qui ralentit.

En arrivant à Braeburn, je pense arrêter car je vais déposer Gin Gin car il va faire encore plus chaud et Hermione, c’est sûr. Peut-être Falcon et Flipper. Ils ont les poignets sensibles.

Après l’examen au complet de l’équipe par les vétérinaires, c’est risqué de prendre Gin Gin, il va faire trop chaud pour elle. Hermione doit rester là, elle a mal à une épaule. Razor s’est fait mal aux doigts, sûrement sur un fatras de glace. Il vaudrait mieux le laisser là, ainsi que Falcon et Flipper. À 7, j’ai le droit de continuer, le minimum est 6, et j’ai encore des leaders : Hobbit, Gamine, Hug et Isaac, mais je ne veux pas que d’autres chiens se blessent. Je décide d’arrêter ici.

Les chiens ont fait un superbe travail. 3 jours après, ils vont tous bien. Hermione aura droit à un repos plus long pour qu’elle se remette correctement.

Merci Razor – Hobbit – Gin Gin – Gamine – Hermione – Huslia - Hug – Bison – Falcon – Flipper – Isaac – Isis.

J’en profite pour remercier l’organisation qui a fait un travail remarquable. J’ai beaucoup apprécié l’implication des mushers ou ex-mushers.

Merci à Didier Moggia qui a récupéré mon attelage avec mes chiens sains et saufs!

Merci à tous les bénévoles, merci aux vétérinaires qui ont ausculté mon équipe de fond en comble avant que je reparte de Pelly et aussi à Braeburn.

Merci à mes sponsors et aux parrains de mes chiens.

Merci à Florian, mon handler, qui a dormi 2 heures en 48 heures, entre conduire le véhicule, monter et démonter le campement, nettoyer l’aire de repos des chiens.

Florian a été surpris de voir la bonne camaraderie qui régnait entre les mushers. C’est le territoire qui nous l’a enseigné. Dans les vastes étendues sauvages, nous pouvons toujours avoir besoin de l’aide des autres.

 

 

Pelly - Mc Cabe - 55 km. (35 m)

On the way to Pelly- Crossing with Florian, my handler and the 12 dogs.

When we reach Pelly, the temperature is -25 ° C. (-13F) It is perfect. I am worried about the departure which takes place in the completely snow plowed street. It will be impossible to slow down or stop the team. There are also a lot of small adjacent roads. Florian goes to the news. It seems to be easy. The track goes straight and the adjacent roads will be blocked.

Departure is at 1 p.m. I have bib number 4. I don't have time to see the 2 and 3 leave because Isaac cut the rope that holds my sled. He was too impatient! Most importantly, he was tied too close to the rope. We manage to hold the sled until my official departure and Vroouum, it is the start. My team turns to the right. I am not able to slow down to put them back in the right direction. I try. I get ejected from the sled. I try to hold it back, but when I get into a lot of obstacles, I have no choice but to let it go, if I don't want to smash my head in it. I panic! I see my team running on the main road. They even take the Pelly River Bridge. Didier Moggia, who is part of the race organization, leaves after my team with the snowmobile. A lady from the village takes me in her car. I do not find Didier, who has managed to turn my team into the farm road. While we are looking for Didier, he manages to get my team back safely with the help of a police officer. I am in shock. I am sure that dogs will be injured and above all, I have just completely lost my self-confidence. Everyone in the organization reassures me. The 2 vets inspected the dogs, none were injured. I am encouraged to leave. Sebastien Schnuelle and Didier escort me with their snowmobiles to the end of the village. Once in the forest, I calm down and I am happy to be there. I am surprised about the conditions of the trail, even on the lakes, the trail is good. The weather is nice. The overflows are frozen. My sled glides on the ice under the Mc Cabe Creek bridge before the farm, but the dogs get to the snowy trail with no problem. We arrive at Mc Cabe in 3 hours. I'm doing 2 hours off. The dogs are in good shape.

 

Mc Cabe - Carmacks: - 63 km –( 40 m)

It is warmer. It is nice. Shortly after leaving the farm after the big jump from a snowbank, my sled lands on a patch of ice where there is a turn. My super-loaded sled flies off into a bush. I fall, I do not let go the sled and I manage to regain my balance. Then we have a short distance of jumbled ice before heading into the forest. Three times, we return to the river. Each time, the landing is sporty because there is a sharp turn after the steep descent. It is getting dark and I realize I have lost my headlamp. It must be when I fell. Fortunately, I have a second lamp. The dogs are fine. They are always motivated in this part, probably because of the moose scent. Arrival on the road 20 km before Carmacks, I join Jakob with his team of Siberian huskies. I decide to stay behind. I have Gamine in front and she is very shy. I do not want to get a tangle here on this plowed road. I pass him at the entrance to Carmacks when his dogs take the wrong direction. I do not really like going through villages because I have trouble slowing down the team on snow-plowed roads. But all is well, Gamine and Razor negotiate the intersections well. We arrive in Carmacks in about 5 hours. The dogs are fine. I make a 6 hour stop. Because of the covid, we cannot enter any building. Florian has set up the tent. I can go to rest. (So ​​to speak, I forgot my earplugs…) The other teams are ready to leave with the habitual cacophony.

Carmacks - Mandana: 30 km. (20 M) It goes quite quickly. The trail is much better than I expected. We set off on the river, with a few passages in the forest. There is more snow than towards Mc Cabe, the tight turns are negotiated better. My two young dogs, Isis and Isaac at the back are excellent. They help me a lot on steep climbs. Before Mandana, we cross the burnt forest.

In fact, the stop at Mandana is 30 km (20 m) from Carmacks. It is run by a family, the owners of the premises. They are very friendly, they offer us chile and they help us to leave. I make a 3 hour stop. I am constantly repairing the ropes. The dogs started cutting them again. They have not done it in all the training. It annoys me. The next race, the ropes will be in cable. It is a little less flexible, but it is better than having to fix things all the time.

 Mandana – Braeburn : 100 km. (62 m).I am leaving around noon and it's getting hot. The trail is a bit softer. The dogs move more slowly. Mandana is a large lake. It is followed by a chain of small lakes for 50 km (30 M)to Frank Lake. There, I realize that Gin Gin has problems. She has difficulty following. I take her in the sled. She sings all along. In echo, The bizarre hills of Coghlan Lake respond to her. I am happy to be here. A few years ago, I guided dog sledding tours between Braeburn and Mandana. I realize that it is probably the last time for me to travel with my dog team up here. At the end of the lake there is a fairly steep climb. I expected to have to push hard especially with a dog in the sled but thanks to Isaac and Isis, I have no trouble. I make a short stop and take the opportunity to change the booties which are full of ice. Hug keeps taking them off. I often have to put them again. For the next race, I will close his booties with hockey stick tape, because the velcro, he got it! When I get to ‘’10 miles Lake’’, it starts to snow. Gin Gin wants to return with her teammates. She is fine until Braeburn, but when I leave the lake, Falcon and Flipper have changed their gait. I will have them checked by the vets in Braeburn. On the last descent through the checkpoint, Hermione slows down.

When I get to Braeburn, I am thinking of stopping. I will drop Gin Gin because it’s going to get even hotter and Hermione, for sure. Maybe Falcon and Flipper. They have sensitive wrists.

After the full team review by the vets, it is risky to take Gin Gin, it is going to be too hot for her. Hermione has to stay there, her shoulder hurts. Razor hurt his finger. It is better to leave him there, along with Falcon and Flipper. With 7 dogs, I am allowed to continue, the low is 6, and I still have leaders: Hobbit, Gamine, Hug and Isaac, but I don't want more dogs to get hurt. I decide to stop here.

The dogs did a superb job. 3 days later, they are all fine. Hermione will be given a longer rest for her to recover properly.

Thank you Razor - Hobbit - Gin Gin - Gamine - Hermione - Huslia - Hug - Bison - Falcon - Flipper - Isaac - Isis.

I take this opportunity to thank the organization for doing a remarkable job. I really appreciated the involvement of the mushers or ex-mushers.

Thanks to Didier Moggia who got my team back with my dogs safe and sound!

Thank you to all the volunteers, thank you to the vets who checked my team from top to bottom before I left Pelly and also in Braeburn.

Thank you to my sponsors and the sponsors of my dogs.

Thanks to Florian, my handler, who slept 2 hours in 48 hours, between driving the vehicle, setting up and dismantling the camp, cleaning the dog rest area.

Florian was surprised to see the good camaraderie that reigned among the mushers. This is the land that taught us. In the vast wilderness, we may always need the help of others.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by marcelle-fressineau